lundi 31 août 2015

Non, je ne veux pas encore partir en congé maternité!

Je sors de chez moi comme tous les matins, je croise mon concierge qui me dit "Vous allez encore travailler? Va falloir s'arrêter un jour hein!"
Je passe à la boulangerie, la gentille boulangère, toute inquiète me demande "Alors? C'est pour bientôt?"
Et puis j'arrive au boulot et mon collègue me dit pour la 40ème fois cette semaine "Mais pourquoi t'es encore là? C'est quand que tu t'arrêtes?"

Non, mais les gens, mon arrêt est programmé le 25 septembre! Pas avant! Oui, je suis au courant de l'existence du congé pathologique mais je n'ai aucune envie de le prendre! Je suis plutôt en forme moi, j'ai envie de continuer à travailler jusqu'au 25 septembre et si je peux j'aimerais même partir un peu plus tard (il paraît que si tout se passe bien et avec l'accord du médecin on peut décaler son départ de trois semaines maximum)

Mais pourquoi je veux rester ? J'ai plein de raisons : 
  • Je travaille dans l'informatique. Je passe donc mes journées assise à mon bureau. Oui, ça peut être fatiguant intellectuellement mais physiquement, ça l'est pas du tout !
  • J'ai 20 minutes de transport en commun. Ce n'est pas énorme et j'ai de la chance, soit il y a plein des places pour s'asseoir (vive les vacances d'été, ça risque de changer à partir de cette semaine), soit il y a des gens sympas qui se lèveront pour me donner la place. 
  • J'adore mes collègues et le fait de les quitter pour aussi longtemps (d'autant que je risque de changer de mission à mon retour) ne m'enchante pas du tout! En plus je vais devoir passer mes journées seule, qui va me chouchouter pendant la journée??
  • Et j'adore aussi mon boulot. Il faut savoir que j'ai changé de domaine professionnelle il y a presque deux ans et avant ça j'avais vraiment un boulot de merde donc pour la première fois de ma vie, je fais quelque chose qui me plaît! Ça va me faire bizarre d'arrêter...
  • Je suis la personne la plus impatiente de la terre et je sais déjà que poireauter chez moi à attendre l'arrivée du bébé va me rendre folle! Travailler me permet de penser à autre chose et ça me va ! 
  • Je vais faire quoi de mes journées avant l'arrivée du bébé? Le ménage? Je déteste ça... Préparer la chambre du bébé? Il sera dans notre chambre et donc je ne pourrais pas autant me lâcher dans la déco que je le voudrais... M'occuper de ma fille? Bah non, elle sera au collège! Bref... Je vais m'ennuyer!
  • Et puis ça serait sympa quand même si je pouvais gagner trois semaines avec le bébé une fois qu'il sera là, non? Au moins je profiterais plus de lui!

Bref, laissez-moi travailler tranquille!

jeudi 27 août 2015

Mon premier cours de préparation à l'accouchement : Quelques conseils pour réussir l'allaitement

Cette semaine, j'ai eu mon premier cours de préparation à l'accouchement.

Comme d'habitude, je ne peux pas m'empêcher de comparer à ma première grossesse... A l'époque, je faisais des cours de respiration et gestion de la douleur par petit groupe et puis les cours plus axés puériculture étaient donnés tous les samedis dans une grande salle et avec tout plein de mamans. Bizarrement (parce que, du moins à l'époque, les hommes n'étaient pas très impliqués dans la grossesse dans mon pays), la plupart de mamans étaient accompagnées de leur mari et surtout la plupart de mamans étaient de "vraies" femmes et non des petites jeunettes apeurées comme moi... Je vous raconte pas à quel point je me sentais illégitime et pas du tout à ma place... Mais bon, j'aimais bien ces cours malgré tout!

Cette fois-ci, j'y étais avec mon mari. Probablement dû au thème mais j'étais la seule accompagnée de son mari, quel ironie! Le thème de cette première séance était donc l'alimentation du bébé.

Regardez comment j'ai l'air ultra concentrée!
Au début du cours, la sage-femme, nous a demandé si c'était le premier, si on voulait allaiter et si on l'avait déjà fait. Toutes les femmes étaient plutôt partantes pour l'allaitement au sein. Lorsque j'ai dit que j'avais déjà une fille et que je l'avais allaitée pendant plus d'un an, la sage-femme m'a répondu "ah, mais je vais vous laisser faire le cours, vous devez être une experte"... Elle était complètement à côté de la plaque. Oui, j'ai allaité ma fille mais c'était il y a 12 ans et franchement je ne connaissais pas 1/4 de toutes les choses qu'elle nous a dit! J'avais fait ça plutôt en freestyle, moi! 

Bref, j'ai appris plein de choses que je ne savais pas que ce soit sur l'allaitement au sein ou au lait artificiel. En voici quelques-unes, un peu dans le désordre :

  • La tétée de bienvenue doit être fait dans les deux heures de l'accouchement (moi c'était au moins 5 heures après)
  • Le bébé ne doit pas toucher à un biberon pendant son premier mois. 
  • Les tétées de nuit sont très importantes car elles stimulent la production de lait.
  • Pour avoir plus de lait : 2 litre d'au par jour, manger riche (à nous les raclettes et tartiflettes), dormir et pour stimuler en cas de manque de lait : de la levure de bière et des tisaines d'allaitement.
  • Le bébé ne doit pas dormir à côté de la maman car il sent le lait et donc dès qu'on bouge, ça risquera de le réveiller (je sens que les cododoteuses ne vont pas aimer ce conseil)
  • Il faut 20 minutes pour vider un sein, les 10 premières minutes ce n'est que de l'eau, tout ce qui le nourri arrive après. S'il a encore faim on peut changer de sein mais il ne faut pas rester des heures et des heures avec le bébé à téter ("Vous n'êtes pas des tétines géantes", qu'elle nous a dit)
  • Il faut éviter de manger des aliments qui provoquent des gaz pour éviter de donner des coliques au bébé.
  • Elle râlait sur les mamans qui disent que leurs bébés font leurs nuits dès le retour de la maternité car pour elle un bébé qui allaite digère très vite et a donc besoin de manger toutes les 3h! 
  • Contrairement à ce que l'on peut entendre, il ne faut pas arrêter d'allaiter lorsqu'on tombe malade. Il faut juste que les médicaments soient adaptés à l'allaitement et que oui, il y en a beaucoup qui le sont.
  • Si on retourne travailler à la fin du congé maternité, il est bien de commencer à donner du lait au biberon 15 jours avant la reprise.
  • Ah et c'est bien de noter dans un carnet les heures de tétée, la durée et comment sont les selles (le truc que je risque de faire pendant 2-3 jours puis laisser tomber... Oui, je suis une fille super organisée)
Donc voilà, cours super intéressant! Elle a beaucoup parlé de l'allaitement au biberon aussi, j'ai tout noté mais pour l'instant je me sens un peu moins concernée! En tout cas, j'ai tout noté, on sait jamais comment ça va se passer!

N'empêche, je pense encore une fois à ma fille et à son allaitement, je ne connaissais pas toutes ces choses là et pourtant tout s'est bien passé et j'ai pu l'allaiter pendant très très longtemps! Donc voilà, je pense que le plus important est de suivre son instinct et de faire comme on peut!  

J'ai hâte d'être au prochain cours en tout cas!

jeudi 13 août 2015

Ma fille grandit, je ne suis pas prête...


Depuis que ma fille est revenue de sa colo, elle est un peu bizarre.


Un peu tristoune, elle reste souvent dans sa chambre à lire, elle ne parle pas autant que d'habitude et elle ne mange pas beaucoup...

Je m'inquiète... Chéri pense qu'elle est peut-être amoureuse, moi j'ai eu peur qu'elle se sente mal dans son corps (d'où le manque d'appétit)... Mais après quelques jours d'observation et de réflexion je pense que c'est beaucoup plus simple que ça.

Je pense que je ne réalise pas encore mais ma fille devient de plus en plus une vraie ado. Elle n'a peut être plus envie de partager des choses avec nous, elle a besoin de se détacher de nous.

J'ai justement acheté un livre à ce sujet (comment communiquer avec les ados). Et l'auteur parle du processus d'individuation pendant l'adolescence où l'enfant a besoin de se séparer de sa famille pour grandir. Je pense que quelque part je savais que ces choses là allaient arriver mais voilà, je ne suis pas prête...

J'aime que ma fille se confie à moi, qu'elle me parle du garçon dont elle est amoureuse, qu'elle me dise qu'elle n'aime pas les petites bouclettes sur ses cheveux, qu'elle me raconte (pour la 40ème fois) la dispute avec ses copines...Je ne suis pas prête à perdre ce lien...

Et si maintenant elle pense qu'elle ne peut plus tout me dire? Ou que je ne peux pas la comprendre? Ou si elle a peur que je réagisse mal?

J'ai eu une relation assez compliquée avec ma mère pendant mon adolescence et je ne veux surtout pas réproduire ce schéma mais si justement on est obligé de passer par là?

Dans ce livre (pourtant je ne l'ai pas fini et il est assez concis mais je lui trouve plein de vérités), ils disent aussi qu'il faut laisser les ados commettre des erreurs, qu'il est important qu'ils en apprennent. Mais moi, je n'ai pas envie que ma fille souffre! J'ai envie qu'elle ait une vie heureuse!

En fait (attention, comparaison complètement ridicule), je pense que je suis un peu Joie du film Vice Versa dans la tête de ma fille. Je veux lui épargner toute souffrance, je veux qu'elle mène une vie heureuse et qu'elle ne soit pas confrontée à des situations qui lui feront du mal... Mais en même temps, je sais que c'est complètement irréaliste... Ça me frustre de me dire que je n'y pourrais rien, que petit à petit elle va faire son propre chemin et que petit à petit elle n'aura plus autant besoin de moi qu'avant...

Je regrette tellement de ne pas avoir pu profiter davantage de son enfance mais bon ce qui est fait est fait. J'espère que je saurai gérer cette nouvelle étape et que je pourrais être là pour la soutenir dans les difficultés de l'adolescence ! Souhaitez-moi du courage!


mercredi 12 août 2015

Petites choses #8

Je crois qu'on ne m'arrête plus! En ce moment, rare est le jour où je ne rentre pas avec un petit achat ou que je ne valide pas un panier en ligne (pourtant je ne suis pas fan des achats en ligne). Et bien sûr, je n'achète rien d'indispensable! Mon seul critère ? Que ça me fasse dire "ohhhhhhhhhh, c'est trooooooooop mignooooooooooon!" avec une voix de débile et la tête qui va avec !

Voici quelques petits achats que j'ai fait pour notre bébé ces derniers temps :


1. La Redoute, 6€99 , quand je vous disais que j'aimais bien les renards...
2. Loup-Collection, 35€, j'adore cette marque, dommage que ce soit un peu cher sinon je craquerais pour tous leurs petits pulls et leggings.
3. Bout'chou (Monoprix), 14€99 , j'aime beaucoup ce petit pull un peu hipster!
4. Next (3 Suisses), 38€, c'est censé être pour fille, moi je verrais bien mon petit garçon avec.
5. La Redoute, 15€98, bah oui! je vous ai déjà confessé mon amour pour les leggings de bébé.
6. H&M, 19€99, pour celui là, c'est chéri qui a craqué. Mais en même temps, un bébé habillé en nounours, c'est une valeur sûre, non ?
7. Petit Bateau, 28€ , oui, ils ont fait les bottes de pluie version chausson pour bébé! Je ne les ai pas encore achetés en réalité mais ça ne saurait pas tarder! Comment leur résister?

Voilà, voilà, je pense que je vais demander à mon chéri de me confisquer la carte bleue !

lundi 10 août 2015

7 personnes qu'on risque de croiser pendant la grossesse

Au cours de cette grossesse, j'ai côtoyé pas mal de "types" de personnes... En voici quelques uns :


  • La collègue obsédée par les enfants et la grossesse. Elle regarde ton ventre de la même façon qu'un pervers regarde tes seins! Veux tout le temps te donner des conseils et parler de son expérience. Au mieux, tu peux profiter de son savoir, au pire elle te saoule à vouloir te recruter dans sa secte des mamans je-sais-tout. 
  • La copine célibataire endurcie et reine de la fête. C'est la seule à ne pas avoir sauté de joie quand tu as annoncé ta grossesse. Elle s'est dit qu'elle perdait encore une copine de sorties. Évite de lui parler de tout ce qui a en rapport avec ta grossesse, sauf si elle te le demande. Et surtout garde la précieusement. Elle te sauvera la vie le jour où t'auras envie de faire une pause de ta vie de maman et t'amuser comme avant (sauf si elle se case d'ici là! Arrête de le lui souhaiter, ne sois pas égoïste!) 
  • Le collègue qui pense que tu souffres d'une maladie terminale. Il est tout le temps inquiet pour toi. Ca va, t'as pas trop chaud? Tu veux pas t'asseoir? Tu devrais rentrée chez toi... Au début tu trouves ça sympa d'être chouchoutée comme ça mais an la longue ça te saoule. Surtout si tu te sens bien et que t'as juste envie d'être traitée normalement. 
  •  La copine qui a du mal à tomber enceinte. Elle s'est éloignée depuis que tu as annoncé ta grossesse ou ne s'y intéresse pas autant que tu le voudrais. Ne lui en veux pas car ça n'a rien à voir avec toi. Sois patiente et évite de la solliciter pour tout ce qui concerne la grossesse, elle saura être là pour toi plus tard et surtout appréciera ta délicatesse dans ces moments difficiles pour elle. 
  • Le copain expert en grossesse. Il a gagné la médaille du super mari et super papa pendant la grossesse de sa femme (genre celui qui tartinait d'huile anti-vergetures sa femme tous les soirs, qui lui faisait des massages quand elle avait mal au dos et qui a sortie lui même le bébé). Il va te donner plein de conseils, connaît toutes les démarches à faire et les symptômes que tu dois avoir à chaque étape. Tu as des doutes sur les poussettes? Pose lui la question, il a écrit une thèse sur le sujet! 
  • Le copain qui se croit trop cool et rigolo. Il te fait des blagues sur ton poids, te dis que ta vie sera finie lorsque bébé sera né, et n'arrête pas de dire au ton mari que tu es chiante et qu'ils devraient aller boire des bières lorsque tu es sur le point d'accoucher. Profite pour améliorer ton sens de la repartie et surtout ne te fâche pas car il va te dire que ce sont les hormones. Ah et briefe ton chéri pour qu'il mette les holà s'il va trop loin! 
  • La copine qui a eu un enfant il n'y a pas longtemps. Elle sera contente de t'entendre déblatérer sur tes déboires de future maman. Elle connaît tous les bons plans, à tout plein de bodys trop mignons à te filer et tu peux lui poser toutes les questions qui te vienne à l'esprit, elle sera contente de te répondre! Ca lui manque d'être enceinte et elle est contente de revivre ces moments avec toi.
Dites-moi, vous avez ces gens-là dans votre entourage aussi?

vendredi 7 août 2015

28 semaines

On va dire qu'il y a eu mieux comme semaine depuis le début de ma grossesse! Celle-ci a été particulièrement pénible et j'ai un peu du mal à voir le bon! 


Essayons quand même: 

Le bon


  • Des petits achats pour le bébé. Quelques pyjamas surtout! J'ai du mal à me dire qu'il portera autre chose que ça et puis c'est tellement mignon! Par contre, quel dilemme! Acheter du naissance, 1 mois, 3 mois? C'est compliqué et pas envie d'être déçue qu il ne puisse pas porter certaines tenues parce qu il est trop grand ! Du coup ça me freine vachement dans mes achats ce qui n'est pas une mauvaise chose finalement...
  • Mon rendez-vous mensuel chez le doc a eu lieu cette semaine. Le bébé va bien, le col va bien, la maman... peut mieux faire (voir plus bas)! Il m'a aussi donné l'ordonnance pour la dernière écho à faire dans un mois. Je pensais pas que ça viendrait aussi vite! J'ai hâte!
  • Le prénom se précise. En fait, ça fait un moment qu'on en a un en tête mais on (surtout moi, en fait) a du mal à se dire que c'est celui-ci est pas un autre... En tout cas, plus le temps passe, plus on aime ce prénom et donc à moins d'avoir un coup de cœur, je ne pense pas qu'on le changera.

Le moins bon


  • Des contractions, des contractions et des contractions. Le médecin m'a dit qu'elles n'ont aucun effet sur le col mais ce n'est pas très agréable et surtout, ça fait mal! Pourtant ces fausses contractions ne sont pas censées faire mal, si? Bref, je suis sortie un peu frustrée du rendez-vous...
  • En plus, il m'a annoncé que je suis anémiée. Bon, il paraît que ça arrive souvent donc je m'en inquiète pas trop! C'est marrant parce qu'il m'a dit qu'avec mon taux d'hémoglobine je devrais être super fatiguée or ce n'est pas vraiment le cas... On verra ce que ça change avec la prise de fer!
  • La semaine dernière je disais que j'avais enfin fini par accepter et aimer ma nouvelle silhouette... Et bien, j'aurais tenu une semaine! J'ai l'impression que mon ventre a doublé de volume en quelques jours et ça couplé à des remarques des gens indélicats ("tu attends des jumeaux?", "Tu es en mode baleine échouée", "vous êtes à 8 mois, je me trompe?"... Mais pourquoi les gens pensent que c'est normal de dire ces choses là?), et ben... l'histoire d'amour entre mon ventre et moi n'est pas dans son meilleur jour... J'aimerais bien m'en détacher et surtout me dire que ce gros ventre est là pour la bonne cause mais l'aspect "esthétique" de la chose prend beaucoup trop d'importance... 

Voilà! J'arrête avec mes lamentations ! Après tout, ma grossesse se passe bien, mon bébé bougeotte bien et je me sens de plus en plus proche de lui (en même temps niveau proximité "physique" je pense qu'il n'y a pas mieux). J'espère que les prochaines semaines seront plus faciles à vivre même si je sais d'avance que ça risque même de s'empirer!.. 

Bon courage à moi! Et à vous aussi, tiens! Oh là là je serai pas un peu égocentrique ?

jeudi 6 août 2015

Aimer trop fort son enfant?

Bon, je vous l'accorde, des fois (tout le temps?) je m'inquiète pour des trucs vraiment sans importance...
Mais que voulez-vous, je suis de ces gens qui aiment se préoccuper et se poser de questions et stresser pour tout et pour rien!

Bref, qu'est ce qui me taraude cette fois-ci? Un truc peut être bête mais voilà : J 'ai peur d'aimer trop fort cet enfant, qu'il devienne le centre de ma vie et que je n'ai plus d'yeux pour rien d'autre.
Je pense que ça fait plusieurs fois que j'entends des mamans parler d'un amour fusionnel et d'un lien très très fort qui s'est créé entre elles et leurs enfants. J'entends souvent parler de "l'amour de ma vie", alors qu'il y a quelques années c'est comme ça qu'on appelait l'homme grâce à qui on a ce bébé.

Mais pourquoi ça me fait autant peur? Après beaucoup de réflexion, il y a trois choses :

Ça me fait peur vis à vis de ma fille. Parce qu'après des années difficiles (ou nous avons même était séparées pendant une très longue période), nous avons réussi à retrouver une sorte de stabilité et de normalité, une relation que je qualifie de "saine". Oui notre relation est très forte mais pas non plus étouffante. Et si l'arrivée de ce bébé faisait basculer cette stabilité? Ma fille arrive en plus à l'adolescence, une étape compliquée et j'ai envie d'être présente pour elle à tout moment. Et si à force d'être obnubilée par mon bébé, je n'arrive pas à donner à ma fille l'attention dont elle a besoin? 

La deuxième relation que je ne veux pas bousculer et celle de mon mari et moi. J'en suis consciente, l'arrivée d'un bébé dans un couple change les choses. Et si avoir ma fille ne nous a pas changés tant que ça, j'ai peur qu'un bébé qui aura besoin de beaucoup plus d'attention fasse qu'on oublie de s'occuper l'un de l'autre.
J'avais lu quelque part que l'amour d'une maman pour un enfant était plus fort que celui pour son mari. Je ne suis pas d'accord, pour moi ce sont deux choses distinctes et impossibles à comparer. J'aime mon mari plus que tout au monde et j'aime ma fille plus que tout au monde. Je serais incapable de dire que j'aime l'un plus que l'autre... Non, ce sont deux amours différents et je n'ai pas envie que ce nouvel enfant change ceci. Je n'ai pas envie d'adresser toute mon attention et de ne plus vivre que pour lui. Je ne veux tout simplement pas oublier mon couple.

Et puis je m'inquiète pour lui, notre bébé. Et s'il devient trop dépendant de moi ? Et si cet amour fusionnel l'empêche de s'ouvrir aux autres? Je vois le fils d'une proche, il est collé H-24 à sa mère, son père ne l'intéresse pas du tout, il n'est pas très sociable et en plus il est super capricieux car sa maman n'arrive pas à lui dire non... Je n'ai pas envie que mon bébé soit comme ça, je veux lui donner "suffisament" d'amour et surtout lui donner les outils pour découvrir le monde et les personnes qui l'entourent de lui-même. 

Bref, beaucoup de peurs, peut-être infondées peut-être légitimes... J'ai quand même bon espoir qu'une fois que notre bébé sera là, je ne me poserai pas autant de questions et que les choses couleront de source...

mercredi 5 août 2015

Je chante pour mon bébé

J'ai lis souvent qu'à cette période de la grossesse le bébé entend déjà tous les sons qui l'entourent. Il paraît que c'est bien de lui parler mais je dois avouer que ce n'est pas un exercice très simple pour moi. Je ne sais pas vraiment quoi lui dire et des fois ça ne me semble pas très naturel (mais bon, j'essaie quand même de le faire de temps en temps). Mon chéri lui est plus doué pour ce genre de choses... Heureusement!

Mais même si je ne parle pas beaucoup, j'aime bien chanter. Et j'ai remarqué depuis quelques jours que lorsque je chante, le bébé bouge beaucoup plus! Est-ce parce qu'il aime bien ou qu'il reconnaît ma voix? Ou peut être me demande-t-il à coups de pieds d'arrêter de lui torturer les oreilles? :-p

Deux chansons que j'adoooooore (oui, avec plein de "o", j'aime à ce point là) proviennent des deux de mes Disneys préférés. Et justement, à chaque fois c'est une maman qui chante pour son tout petit... Ces deux chansons ont aussi le don de me faire pleurer des fois! Et ce n'est pas qu'à cause des hormones! Ces chansons sont trop émouvantes!

Dumbo - Mon tout petit



La Belle et le Clochard - La La Lou
 

En réalité, je les chante en espagnol car ce sont ces versions-là que je connais. Il va falloir que je replonge dans mes souvenirs pour retrouver les comptines que je chantais à ma fille car je ne m'en rappelle plus du tout et en français j'en connais pas!

mardi 4 août 2015

Un peu d'inspiration pour la chambre du bébé

Une des choses qu'on nous demande souvent ces derniers temps est "avez-vous commencé à préparer la chambre?". Puis ceux qui connaissent bien notre appartement rajoutent "et au fait, vous allez mettre où le bébé?".

Parce que voilà, notre appartement n'a que 2 chambres, actuellement. A vrai dire, on pourrait diviser notre salon en deux et en faire une troisième chambre, mais mon mari et moi sommes trop fans de notre grand salon pour le sacrifier (ouhhh les mauvais parents, y en a pas un pour rattraper l'autre!).

Bref, si nous voyons que cette configuration ne nous convient pas, nous ferons des changements en temps voulu. En attendant, il est prévu que notre bébé dorme dans notre chambre. Celle-ci est suffisament grande et je compte donc aménager son espace et me faire plaisir pour le décorer! 

Et quoi de mieux que passer des heures et des heures sur Pinterest pour avoir une idée de comment le faire. Voici quelques photos qui m'inspirent en ce moment : 


Source
Source

Source
Source

Source

Comme vous pouvez le voir, j'aime bien quand c'est coloré !

lundi 3 août 2015

Avant j'avais des principes, maintenant j'ai des enfants

Ce matin, je regardais les Maternelles sur Youtube (oui, le gros cliché de l'expecting-mother) et je suis tombée sur une discussion autour du thème des principes qu'on a avant d'être parents et qu'on laisse souvent tomber une fois que les enfants arrivent.

Dans l'émission, ils disaient que ce sont surtout les parents sans enfants qui ont la jugeotte facile et des avis très catégoriques quant à l'éducation des enfants et je pense que je me suis identifiée beaucoup dans cette catégorie.

C'est vrai que j'ai déjà un enfant, mais comme je disais dans mon dernier article, mes parents ont été très présents les premières années de ma fille et je n'ai pas vraiment su m'imposer ce qui a donné lieu à une petite fille très gâtée et capricieuse (heureusement avec mon mari nous avons réussi à redresser la barre depuis!). Mais bon, même si j'étais là, je reste persuadée que j'aurais fait différemment si j'avais pu (su?) élever ma fille à ma façon...

Bref, je suis de ces futurs parents qui se disent "mon enfant sera comme ci" ou "je ne le laisserai jamais faire comme ça"... Je sens que le destin va bien se foutre de ma gueule dans quelques années...

http://todaysmamacom.c.presscdn.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2015/07/Just-Another-Mouth-Feed-1024x683.jpg
Source
 Voici trois pseudo-principes que je suis sûre voleront en éclat dès la première crise de notre bébé où dès que je serai trop fatiguée pour m'y tenir : 

Mon fils ne dormira pas avec nous.

Ce qui est contradictoire est que pour ma fille, je n'avais pas du tout des a priori pour ça. Ma fille et moi partagions ma chambre et quand elle se réveillait la nuit, je la prenais dans mon lit pour l'allaiter sans soucis.

Cependant pour ce futur bébé, je ne veux absolument pas qu'il dorme dans mon lit. Ce qui a changé? Je ne suis plus toute seule. Je partage un lit avec mon mari et j'aimerais que ça reste ainsi. C'est peut être égoïste mais je n'ai pas envie que notre lit conjugal devienne un lit familial et j'ai envie que notre bébé aussi ait son espace à lui...

Après, qui sait? La fatigue et le fait de devoir se lever plusieurs fois dans la nuit pour l'allaiter me feront craquer! On verra comment ça se passe mais pour l'instant, mon chéri et moi sommes très catégoriques, bébé ne dormira point dans notre lit!

Non, c'est non

Ce principe est sponsorisé par la petite peste qu'est le neveu de mon chéri. Ce petit garçon de 3 ans est le garçon le plus hyperactif et malpoli que je connaisse. Il est tout le temps au taquet, a tout le temps envie de courir, sauter, jouer, crier, taper... Le problème, pour moi, est que j'ai l'impression que ses parents ont un peu lâché l'affaire et ne s'embêtent plus à lui poser des limites.

A chaque fois que je le vois, je dis à mon chéri qu'il est hors de question que notre enfant soit comme ça. Notre enfant fera ce qu'on lui dit de faire quand on lui dit de le faire, si on dit non, ce sera non et il n'y aura pas de discussion.

Vous croyez que j'y arriverai?

L'heure du coucher

Bon, là j'abuse un peu parce que pour ma fille c'était vraiment trop le bordel l'heure du coucher. Elle était incapable de s'endormir autrement que dans mes bras et ça pouvait prendre des heures et des heures (j'exagère à peine). J'avais tout essayé mais j'ai jamais réussi à la faire dormir rapidement et seule (enfin, si, quand même à 12 ans, elle y arrive plutôt bien... il était temps!).

Bref, j'aimerais que pour ce bébé, on ait une routine, que le coucher soit facile, qu'il n'ait pas besoin de dormir dans mes bras et puis qu'il fasse ses nuits rapidement tant qu'on y est...


A votre avis, combien de temps je vais continuer à croire aux contes des fées?