mardi 30 juin 2015

Disney avec un gros bidon ? J'ai survécu!


Ce week-end, nous sommes allés à Disney.

Lorsque j'ai raconté ça aux copains ou au boulot, tout le monde a eu à peu près la même réaction : "Vraiment? Avec ton gros bidon?"... Bon, déjà, mon bidon n'est pas si gros que ça (si...) et puis franchement, c'est tout à fait faisable!

Chéri et ma fille

Voici ce que j'ai pu en retenir :
  • Je pense que c'était la bonne période pour y aller (de grossesse je veux dire). A 5 mois de grossesse, on n'est pas encore trop énorme, on n'a pas encore trop mal au dos et on ne fatigue pas trop trop vite, donc c'est tout à fait gérable de passer la journée là bas.
  • Nous y sommes allées un samedi au mois de juin, faut dire que c'était peut être pas la meilleure option. Même si bizarrement il n'y avait pas trop de monde, je conseillerais plutôt d'y aller dans la semaine pour éviter la foule.

Non, ce n'est pas moi sur la photo !
  • Je croyais qu'il suffisait de se pointer avec son gros bidon pour griller toutes les files d'attente mais en fait il faut passer par le City Hall et demander une carte "d'accès facilité" qui vous permettra d'éviter les queues et de passer avant tout le monde! Je vous avoue que c'était juste trop cool d'attendre à peine 2 minutes pour faire les petites poupées à la chanson débile alors que la dernière fois nous avions attendu plus de 45 minutes! Ah et ils m'ont demandé un justificatif de ma grossesse, heureusement, j'avais mes résultats de prise de sang sur mon téléphone! Ça a suffit !

Dans le truc des poupées à la chanson débile (on le fait quand même à chaque fois qu'on y va!)

  • Samedi il a fait super beau et chaud donc il faut prévoir la crème solaire, un chapeau (moi, j'ai oublié du coup j'ai acheté une casquette Stitch, j'avais l'air classe avec...) et s'habiller léger ! Des chaussures confortables, of course, mais ça c'est valable pour tous (comment font les filles qui y vont en talons?). Ne pas oublier non plus de boire tout plein d'eau!
Avec Timon et Rafiki pendant que ma fille et mon mari faisaient un manège.
Ma fille était trop jalouse, ce sont ses personnages préférés !
  • J'ai eu quelques moments d'attente pendant que mon mari et ma fille faisaient les gros manèges. A ces moments là soit j'allais me balader, soit j'allais leur chercher des fast pass, soit j'allais m'asseoir dans un banc à l'ombre... J'ai même eu le temps de trouver un espace bien placé pour regarder la parade 
J'ai réussi à avoir une place pour rencontrer une des princesses
mais faut dire que ma fille s'en fichait un peu (ah l'ado...)
  • Le moment le plus drôle a été lorsque j'attendais chéri et ma fille et qu'il y a eu la mini-parade de la reine de neige. En bonne femme enceinte, lorsque j'ai entendu "Libérée, Délivrée" et que j'ai vu les princesses passer, je me suis mise à pleurer! Heureusement que j'avais prévu les mouchoirs et les lunettes de soleil ! Foutues hormones...


Voilou pour mon expérience à Disney. Faut dire quand même qu'à la fin de la journée j'étais bien fatiguée mais rien de trop méchant!

jeudi 25 juin 2015

Se préparer

Cette semaine je me suis penchée sur la question de la préparation à l'accouchement. 

J'ai entendu parler de plusieurs cours mais après beaucoup de réflexion (ok, j'y ai réfléchi 15 minutes) et je pense que j'ai pris ma décision.

J'ai lu un petit peu sur l'haptonomie dans le livre "Le Journal de moi enceinte" (dont j'avais parlé ici). Alors si j'ai bien compris, c'est un cours où on t'apprend à communiquer avec l'enfant grâce au toucher. Malgré le fait que je passe la journée à toucher mon ventre et essayer de "convaincre"mon bébé de donner des petits coups, cette pratique ne me tente pas trop... Je suis trop sarcastique pour ce genre de chose et surtout très très pudique lorsqu'il s'agit d'exprimer mes sentiments en public... Alors que ce soit devant une personne (la sage-femme) ou plusieurs (en cours individuel) cette technique ne me convient pas du tout... Et puis surtout, j'aurais l'impression de payer (bon, ok c'est remboursé mais quand même) pour quelque chose que je fais déjà dans mon lit tous les soirs...



Ensuite, il y a la Sophrologie... Cette technique-là, je ne l'ai pas encore bien comprise. C'est quoi exactement? On est censé arriver à contrôler la peur et la douleur en utilisant des techniques de méditation et de relaxation... C'est pareil, je suis trop sarcastique pour ça !
Et puis, il y a quelques semaines à mes cours à la piscine, une sage-femme remplaçante nous a fait la dernière partie du cours et elle nous a montrer quelques exercices de relaxation. Vous savez? Le truc où l'on ferme les yeux et on doit penser à un lieu qui nous détend et tout ça... Et bah, j'étais plus  stressée parce que j'avais peur de rater le moment où elle dit d'ouvrir les yeux et que tout le monde se moque de moi... Oui, je suis un peu bizarre comme fille...

J'ai aussi entendu parler du chant prénatal... Là j'ai juste envie de dire "what the fuck?". Sérieux? Comment on se prépare à accoucher en chantant? Et ne me méprenez pas, j'adore chanter (au grand dam de mon mari) mais à part chanter "Libérée, délivrée" dans la douche, je ne sais pas trop à quoi ça me servirait de chanter à mon bébé lorsque je suis en train de morfler avec les contractions...



Bref, tout ça nous laisse avec la préparation à l'accouchement classique... Celle où l'on te montre vraiment tous les aspects de l'accouchement, comment ça se passe, comment gérer la douleur (ou en tout c'est ce que j'ai compris)... En bonne ex-chercheuse, je pense que c'est ce qu'il me faut. J'ai besoin d'avoir toutes les informations techniques et connaître toute la théorie pour me sentir à l'aise et je pense que c'est cette préparation qui me convient le plus!



Alors voilà, plus qu'à trouver l'endroit où faire ce cours! J'ai hâte d'être une incollable en accouchement!

mardi 23 juin 2015

Des robettes

Finalement, je suis assez fière de moi, je n'ai pas acheté grand chose en vêtements depuis le début de grossesse! Il est bien probable que ce soit dû aussi au fait que je flippe aussi avec toutes les dépenses qui vont arriver pour le bébé du coup je réfléchis deux fois avant de craquer pour encore des vêtements... Serais-je enfin en train de devenir une vraie adulte responsable? Il serait temps, me direz-vous!

Mais bon, je n'ai pas oublié que les soldes commencent demain et mauvaise mère que je suis, au lieu de me dire que je pourrais profiter pour commencer les achats pour le bébé, je pense plutôt aux jolies robettes que je pourrais m'acheter! Tout compte fait, non, je ne suis pas si adulte responsable que ça!

Voici ma petite sélection de robettes de saison :

De gauche à droite : New Look, 17€99 , New Look, 17€99, Mamalicious, 39€95 , Mamalicious, 26€95

 

Toujours de gauche à droite : Envie de Fraises, 49€99, Tophshop, 29€ , Asos, 46€99 , Asos, 51€99


Alors craquera? craquera pas? Verdict en fin de semaine!

lundi 22 juin 2015

Une journée parfaite : notre mariage il y a cinq ans!

Vendredi dernier, c'était notre anniversaire de mariage!


Cinq ans sont passés, mais je me souviens encore de chaque petit détail...

- De la jolie voilette que j'avais achetée pour mes cheveux, qui m'avais couté la peau de fesses d'ailleurs, et que j'ai oublié chez moi pour finir. Finalement, ma gentille coiffeuse a pu récupérer une fleur chez le fleuriste du coin qui était beaucoup plus jolie que ma voilette.
- Du petit rayon de soleil qui s'est faufilé entre les nuages gris. Après la semaine pluvieuse et froide qu'on avait eu, on avait perdu tout espoir d'un mariage ensoleillé et puis finalement si, grâce à ce petit rayon de soleil! 
- De mes pivoines rose corail. Le fleuriste m'avait dit qu'il n'était pas sûr de pouvoir les avoir pour ce jour là alors quand mon beau frère me l'a ramené, j'étais tellement contente!
- Des coucous des gens dans la rue lorsqu'on faisait notre cortège en  vélo jusqu'à la mairie.
- Du discours de ma soeur qui m'a fait pleurer dès la première phrase (on a une histoire tellement compliquée que ses gentils mots ont été très émouvants)
- De la chanson que le DJ a dû repasser trois fois pour que mon chéri puisse finir ses vœux (il était tellement ému)...
- De ce texte sur les mains qui prend encore plus de sens : 

Voici les mains de ton meilleur ami, jeunes, fortes et pleines d'amour pour toi.
Des mains qui tiennent tes mains, pendant que vous vous promettez l'un à l'autre de vous aimer aujourd'hui, demain et pour toujours
Ces mains travailleront avec les tiennes et, ensemble, vous allez construire votre futur.
Ces mains t'aimeront passionnément et te chériront pendant les années à venir et au moindre contact, te réconforteront comme personne ne pourra le faire
Ces mains te soutiendront quand la peur ou la tristesse rempliront ton esprit.
Ces mains sècheront les larmes de tes yeux, des larmes de chagrin ou, comme aujourd'hui des larmes de joie.
Ces mains tiendront tendrement vos enfants, ces mains t'aideront à maintenir votre famille unie
Ces mains te donneront de la force quand tu en auras besoin
Enfin, ces mains continueront, même quand elles seront vieilles et ridées, à chercher les tiennes et te donneront la même tendresse rien qu'en te touchant...

C'était une journée parfaite! Mais vous savez ce qui est vraiment génial? Que ce n'est pas le plus beau jour de ma vie. Parce que chaque jour qui passe, même le plus simple, est le plus beau de ma vie car j suis à côté de lui, mon mari! 

(Voici un petit lien vers mon autre blog où je raconte notre cérémonie laïque si ça vous tente de lire)

vendredi 19 juin 2015

21 SA

Cette semaine, je me suis sentie très enceinte (fatiguée, lourde, émotive...)! Pourtant on est qu'à la moitié du parcours... J'ose à peine imaginer comment ça va être dans quelques mois!



Le bon

- Ça y est, mon bébé bouge pour de vrai et tout le temps. Enfin, non, pas tout le temps, il paraît qu'ils dorment pas mal dans la journée. J'en suis encore au stade de la découverte du coup chaque petit coup m'arrache un grand sourire!
- Le truc génial est que ma fille s'y intéresse aussi! Elle vient d'elle même toucher mon ventre et hier pour la première fois quand je suis allée lui dire bonne nuit elle a touché mon ventre aussi comme pour dire bonne nuit au bébé ! Comme sa mère, elle n'est pas très démonstrative alors ces petits gestes me touchent beaucoup !
- Notre nouvelle activité avant de se coucher avec chéri (je vous arrête tout de suite, les tordues d'esprit, ce n'est rien de cochon!) est d'essayer de trouver LE prénom parfait pour notre bébé... C'est difficile comme exercice, je trouve! On en a un qu'on aime beaucoup mais j'ai peur que mes proches n'aiment pas ou qu'il soit trop commun ou pas assez... Bref, je ne veux pas décider aussi vite! Allez, on a encore le temps!

Le moins bon

- Moi qui croyait échapper à la fatigue du premier trimestre, ces deux dernières semaines ont été assez épuisantes. J'ai des coups de fatigue bien méchants en ce moment... C'est quand déjà qu'on est super en forme et qu'on a trop la pêche?
- Un autre petit désagrément : le mal au dos. Probablement parce que mon ventre a bien poussé mais certaines positions deviennent vite inconfortables!
- Et puis le beau temps et surtout la chaleur étant de plus en plus présents, mes petits pétons commencent un peu à en souffrir. J'adore mes chaussures à talons, j'espère que je pourrai encore les porter les prochains mois!

Enfin bref, des petits trucs embêtants mais rien de bien méchant, alors on va pas trop s'en plaindre! 

Je vous souhaite un bon week-end ensoleillé!

mardi 16 juin 2015

Le jour où je l'ai rencontrée...

Lorsque nous avons eu l'entretien du 4ème mois avec la sage-femme, elle nous a parlé de quelque chose que je ne connaissais pas trop : le projet de naissance.

J'en avais entendu parler bien sûr, mais je n'y avais pas trop pensé par la suite. En gros, ce sont les souhaits qu'on a pour l'accouchement, comment on voudrait que ça se passe... 

Tout ça m'a fait me replonger dans les souvenirs de mon premier accouchement (où personne ne m'a vraiment posé de question sur ce que je voulais). Si je veux être objective, je n'ai pas eu un accouchement idéal, (très très) loin de là mais contre toute attente, j'en garde un très bon souvenir.

Je me suis dit que je pouvais partager avec vous ces souvenirs...

Avant tout, il faut savoir que je viens d'un pays plutôt pauvre, les conditions ne sont pas les mêmes qu'ici et surtout j'étais une jeune fille qui ne savait pas se faire entendre...

Tout a commencé un mercredi peu avant midi. J'étais à 15 jours de mon terme et ma mère et ma sœur étaient dans le salon en train de regarder des vieilles photos. La maison était particulièrement propre ce jour là (ou c'est peut être l'image que je m'y suis faite?). Je suis allée faire pipi et j'ai vu que le tristement célèbre "bouchon muqueux" était parti.

Je suis sortie des toilettes et j'ai dit à ma mère "je pense qu'il se passe quelque chose"... Je lui ai expliqué et elle et ma sœur m'ont emmenée au petit cabinet des sages-femmes du quartier pour me faire examiner...

Une sage-femme nous a reçues et m'a auscultée. Elle nous a dit "Vous avez 2cm de dilatation, à mon avis ce soir vous aurez votre bébé". Ce soir là, j'allais enfin avoir mon bébé et devenir maman! J'étais tellement excitée à l'idée d'enfin rencontrer cette petite fille qui avait poussé dans mon ventre pendant neuf mois! 

Nous sommes sorties du cabinet et comme nous n'habitions pas très loin, nous sommes rentrées à pied toutes les trois. Ma mère se préoccupait de si j'avais tout ce qu'il fallait dans ma valise. Nous avions fait ensemble les lessives quelques jours avant et donc tout était prêt. Nous nous sommes arrêtées dans le marché du coin et nous avons achetés des raisins pour le dessert du midi. J'en ai mangé sur la route, ils étaient tellement bons ces raisins...

En rentrant à la maison nous avons mangé tranquillement puis je suis allée vérifier que tout était prêt. Cet après- midi là, mon oncle et sa famille qui étaient en ville pour les vacances sont venus nous voir. J'ai demandé à ma mère de ne pas dire ce que la sage-femme avait dit, je ne sais pas pourquoi... je voulais pas que tout le monde se mette à paniquer.

Nous avons montré la chambre de ma fille à mon oncle, j'étais fière de la décoration que j'avais choisie et du lit que nous avions peint avec ma meilleure amie!  Mon oncle a pris une photo de toute la famille dans la chambre. Je pense que je portais une des chemises rouges que ma mère m'avait offerte, mon oncle m'a dit de montrer mon ventre pour la photo. Ça doit être une de seules photos où l'on me voit enceinte.

L'après midi, j'ai commencé à sentir des petites contractions. Ma mère avait pris un carnet pour noter la durée et l'espacement entre celles-ci. Je marchais le plus que je pouvais dans la maison pour avoir un peu moins mal et ça marchait plutôt bien.

Je ne me rappelle plus trop de la suite mais vers 22h les contractions étaient rapprochées alors nous sommes allées à l'hôpital avec mon père et ma soeur.

A l'hôpital, surtout dans la nuit, seulement la maman et un accompagnant ont le droit d'entrer. Mon père et ma soeur sont donc restés sur le parking de l'hôpital (plus tard j'ai su qu'ils y avaient passé la nuit).

Je n'avais pas vraiment peur de l'accouchement et pour une raison étrange, j'étais plutôt calme à ce moment là. En arrivant à l'hôpital, un médecin a regardé mon col et ils m'ont fait une épisiotomie. Oui, parce qu'au Pérou, ou du moins à cette époque et dans cet hôpital-là, l'épisiotomie se fait dès l'entrée à l'hôpital. Quand j'ai raconté ça à la sage femme il y a quelques semaines, elle a été choquée mais à l'époque je ne m'étais même pas posée la question. Avec une petite anesthésie local, je n'ai rien senti finalement...

Je suis ensuite allée à la salle de travail. C'est à ce moment là que j'ai un peu stressée, parce que dans cet hôpital, les femmes rentrent dans cette salle, une grande salle remplie de lits, seules... Les accompagnants, même les maris, sont obligés d'attendre à l'extérieur de cette pièce avec des grandes fenêtres hautes et avec des murs froids couleur vert "hôpital"... Pas du tout accueillant à vrai dire.

Quand je suis arrivée, une fille partait dans la salle d'accouchement, elle pleurait de douleur. Une autre est arrivée une demi heure après mais n'est restée qu'encore une demi heure. Je pense qu'il y avait un problème alors ils l'ont vite emmenée dans la salle d'accouchement. Malgré tous ces pleurs et cris et malgré la douleur qui se faisait déjà plus sentir, je restais zen.

Je parle de douleur parce qu'il faut savoir que là bas la péridural n'était pas proposée aux femmes qui vont accoucher par voie basse. Elle est faite juste pour celles qui allaient subir une césarienne. Plus tard, une tante m'a dit qu'elle avait payé un médecin pour qu'il dise qu'elle avait besoin d'une césarienne afin d'avoir la péridurale... oui, payé...

Un interne est venu me voir pour voir si tout allait bien. Ah, cet interne... Je n'ai pas retenu son prénom ni même son visage, mais je lui serai toujours reconnaissante d'avoir été là. Peut être parce que j'étais jeune et que j'avais surement l'air pommée, il m'a un peu prise sous son aile. Il a passé la soirée (ou la nuit plutôt) à discuter avec moi, à tenir ma main dès que j'avais une contraction, il s'est même endormi à côté de mon lit lorsqu'il faisait nuit et qu'il n'y avait plus personne dans la salle... Je pense que si je garde un bon souvenir c'est en grand partie grâce à lui...

Les heures passaient et il était déjà 2 ou 3h du matin. L'interne m'a examinée et a vu que mon col était bien dilaté. Il a appelé la sage-femme qui m'a percé la poche d'eau et qui m'a dit de me rappeler des cours de respiration et de faire le petit chien assoiffé (ses mots pas les miens). C'est ce que j'ai fait pendant qu'ils m'emmenaient dans la salle d'accouchement.

La suite est un peu plus floue je pense, je ne sais pas si ça a été rapide ou pas, si j'ai eu mal ou pas (je crois quand même que je n'ai pas eu très mal en fait). Je me rappelle seulement que je disais beaucoup "je n'y arriverai pas, je n'y arriverai pas". Il y avait du monde autour de moi, l'interne entre autres et plusieurs personnes qui étaient sorties de nulle part... On me disait de continuer à pousser et c'est ce que je faisais. 

Et là, pouf! Ils m'ont dit d'arrêter. Ma fille était sortie... Ils ne me l'ont même pas montrée mais je l'ai juste entraperçue lorsqu'elle passait entre les bras des sages-femmes... Elle était toute rouge et elle pleurait. J'ai eu un fou rire de joie. J'avais réussi, ma fille était là...

Ils l'ont tout de suite emmenée dans une autre pièce et d'un coup tout le monde était parti, même l'interne. Une sage-femme désagréable est venue me voir et a injecté quelque chose sur ma jambe. Je lui ai demandé ce que c'était et elle m'a répondu "tu es médecin?" (oui "tu", avec tout le mépris qu'on peut mettre dans un "tu"). Lorsque j'ai répondu "non", elle m'a juste dit "alors, tu n'as pas à savoir"... J'étais dans les vapes et tellement timide à l'époque que je n'ai rien dit... Des mois ou années après, j'ai entendu une histoire comme quoi ils avaient stérilisé des filles sans leur accord dans un petit village pas loin de ma ville et cette histoire m'a hantée jusqu'il y a quelques mois où j'ai enfin réussi à tomber enceinte...

Quelques heures après, ils m'ont emmenée dans une nouvelle grande pièce avec plein de lits aussi où toutes les femmes et leurs bébés restent... Je n'avais toujours pas vu ma fille. Il devait être 7h du matin et dans le couloir de l'hôpital, ma sœur, encore en pyjama, et ma mère étaient là. Ma sœur m'a fait un bisous sur le front et m'a dit "je l'ai vue, elle est trop belle".

Une fois dans la grande pièce, peut être une heure était passée, une dame passait entre les lits avec un grand lit à roulettes avec des bébés dedans. Comme si elle repartissait les petits-déjeuners, elle donnait les nouveaux bébés aux mamans. Elle a posé ma fille sur mon lit près de mes pieds. J'avais trouvé cette dame tellement brusque, j'avais l'impression qu'elle avait carrément jeté ma fille sur le lit. Ma fille pleurait, elle avait une façon particulière de pleurer, elle devenait toute rouge, presque violette, et ne respirait pas puis lâchait un bon cri bien strident. Quand je l'ai vue comme ça, j'ai pleuré... Pas vraiment d'émotion mais parce que je la voyais si petite et si fragile et sans défense et moi si incapable... Qu'est ce qui lui attendais avec un maman si peu prête??

C'est drôle (ou pas?), lorsque j'ai écrit ce dernier paragraphe, j'ai pleuré comme ce jour là...

Malgré tout ça, je garde un bon souvenir de cet accouchement. J'ai eu un accouchement plutôt rapide, n'ai pas vraiment souffert, ma fille n'a eu aucune complication... Mais surtout, j'ai rencontré ma fille ce jour-là et malgré toute la peur que j'ai pu ressentir pendant ces premiers moments, j'étais tellement heureuse qu'elle soit là... J'étais tellement heureuse d'être sa maman...


lundi 15 juin 2015

Confessions d'une mauvaise mère # 2 : Je n'aime pas les enfants

J'ai un collègue qui est choqué par les choses que je dis sur les enfants. Il me dit souvent "mais comment tu peux dire un truc pareil, tu as une fille et tu attends un deuxième"...

Mais la vérité c'est ça : je n'aime pas les enfants.  Preuves à l'appui :

- Maintenant que tous nos amis (ou presque) ont des bébés, les soirées ne sont plus les mêmes. Il y a toujours des petits qui courent partout, qui crient, qui pleurent... J'avoue que j'ai du mal. Je ne supporte pas ça et je me fais une joie quand l'invitation indique "sans enfants!"

- Mais ce n'est pas que le côté capricieux et pleurnicheur et hyperactif que je n'aime pas... La fille d'un proche est très sage et très sociable. Des fois, elle vient me parler et me raconte sa vie (elle a 5 ans, donc sa vie se résume à son nouveau jouet ou le dernier truc qu'elle a appris à l'école) mais c'est toujours gênant, je ne sais pas quoi lui dire, comment lui parler, je ne trouve pas ça très intéressant (en même temps, peut être que si je lui racontais ma vie, elle penserait pareil, non ?). Je suis vraiment mal à l'aise dans ces situations...

- La dernière fois à une soirée, une copine me demande de donner à manger à son fils pendant qu'elle s'occupait de son ainé. J'ai trouvé ça vraiment pénible, j'avais pas envie de donner à manger à ce bébé... Mais ça ne le fait pas de dire non alors je l'ai fait...

- Et là récemment, nous avons été invités à la fête d'école de la filleule de mon mari. Mais pourquoi??? Les fêtes d'école, c'est chiant! OK, quand il s'agit de ses propres enfants, je comprends qu'on soit gaga et qu'on prenne dix mille photos et qu'on verse des larmes tellement c'est beau mais si ce n'est pas les tiens, avoue, c'est juste une petite torture...

- Puis au boulot, qu'est ce que je déteste quand mes collègues monopolisent la conversation pour parler de leurs enfants, de ce qu'ils mangent, de leurs jeux, de leurs nouveaux mots... Nooon, je m'en fous de savoir que ton fils sait dire que les vaches font meuuuuh!


Alors comme mon collègue, vous aussi vous devez vous dire que je suis un monstre de penser ça alors que j'ai une fille et que j'attends un deuxième enfant... Mais je vous rassure, quand ma fille était bébé, j'étais aussi gaga d'elle, j'avais pas du mal à lui parler, je ne trouvais pas ça crade de lui donner à manger et je trouvais toujours super intéressantes ces histoires de la récrée !

Ça va être pareil pour le deuxième, non? Ou alors je suis vraiment devenue un monstre!

dimanche 14 juin 2015

20 semaines

Que ce soit l'application que j'utilise ou les livres que je lis, ils m'ont tous rappelé que cette semaine j'étais pile à la moitié de la grossesse. 

J'ai un peu du mal à réaliser qu'il reste autant de temps que celui passé des le début... Comme quoi le temps passe vite et en même temps pas assez vite puisque 4 mois et demi me paraissent encore une éternité !

Voici le résumé de ma semaine (un peu en retard):

Le bon

-Cette semaine nous avons visité la maternité où je compte accoucher. Pas vraiment pour nous mais pour des amis qui viennent d'avoir un bébé là bas. Notre amie a le même obstétricien que moi et elle m'a dit que ça s'est super bien passé! Sachant, bien sûr, que tous les accouchements sont différents, ça m'a beaucoup rassurée par rapport à ce qui nous attend!
- Le bébé bouge un peu plus, j'ai l'impression. Ce n'est pas encore très net mais je sens quand même que des choses se passent là dedans.
- Envie de fruits en ce moment ! Est-ce la grossesse? Je ne sais pas mais en tout cas mes collègues se moquent de moi quand j'arrive avec mes fraises dans la salle de pause! Le gros cliché!
- Voir que mon ventre grossit mais que tout le reste n'a pas bougé (enfin, si, mes seins :-p ). J'ai pas trop envie d'être en mode baleine et je pense que j'aurais un peu de mal si ça m'arrive...

Le moins bon

- Avoir des gros coups de fatigue cette semaine. Bon, il y a peut être le fait que j'ai attrapé un bon rhume qui provoque ces coups de barre, mais en tout cas, qu'est ce que c'est pénible de ne pas avoir d'énergie!
- Ça y est, mon ventre est passé dans le domaine public... Entre mes copines qui disent bonjour d'abord à mon ventre et ma belle mère qui ne sait plus comment me demander si elle peut le toucher (au moins elle demande), je ne sais plus ou donner la tête (ou le bide!) mais pourquoi tout le monde pense que c'est normal d'aller tripoter le ventre d'une femme enceinte!

jeudi 11 juin 2015

Petites choses #4

Dans le genre inutile mais complètement craquant, il y a les petites chaussures de bébé.

Bah oui, soyons réalistes, les bébés n'en ont pas vraiment besoin mais c'est tellement mignon qu'on ne peut pas s'en empêcher de leur faire porter ! 

Voici ma petite sélection (vous remarquerez que j'ai un faible pour les mocassins et pour le jaune) :


1. Salt Waters, 58€
2. Elsa Fleury, 40€
3. Zara, 25€95
4. Baby Happy
5. Mini Mocks, 47€
6. Blueberries for call (Etsy), 25€34
7. Madkouch, 36€50

mercredi 10 juin 2015

Cry, cry, cry

Ah ces hormones... elles nous jouent de ces tours des fois... Moi qui suis déjà quelqu'un de très susceptible à la base, avec cette grossesse je suis de plus en plus créative pour trouver des raisons pour pleurer! 
Voici le florilège des raisons plus ou moins stupides qui m'ont fait pleurer jusque là :


Mon steak est trop cuit
Mon tricot est raté
Manger du fromage blanc zéro % avec du sirop d'agave (ce n'est pas bon)
Mon bébé ne bouge pas
Mon bébé a bougé
Ma fille touche mon ventre
Ma fille a un fou rire
Ma fille fait son ado
Mon collègue ne m'a pas dit bonjour
Mon collègue m'a dit bonjour de façon agressive
Mes collègues sont partis à la pause café sans moi
Mon Sims a vieilli
Mon mari a 3 minutes de retard pour venir me chercher au boulot
Mes copines ne m'appellent pas (bah appelle-les toi!)
Prendre un petit chiot dans mes bras (je rêve d'avoir un chien mais pas possible tant qu'on habite en appartement)
Réussir quelque chose au boulot
Je n'ai personne à qui parler de ma grossesse...
Oh le joli pyjama pour bébé!

Regarder des photos de ma fille quand elle était petite
Écouter la chanson de notre mariage
Regarder les dernières photos de l'écho du bébé

Qui dit mieux?

mardi 9 juin 2015

La guerre des boutons

Il paraît que les hormones de grossesse ça donne des beaux cheveux et un teint resplendissant... Malheureusement, dans mon cas du moins, pas que...

Bah oui, les hormones ont décidé d'être pas sympas avec moi et m'ont donné des boutons!! J'ai l'impression d'être redevenue une ado de 15 ans et encore, à 15 ans j'avais plutôt été épargnée par l'acné! 

Enfin bref, j'ai sorti l'artillerie lourde pour combattre ces vilains boutons et après quelques semaines, je peux dire que ça va déjà mieux! 

Petit tour sur ma routine soin anti-boutons


1. Le nettoyage : 

  • Je commence par utiliser l'huile démaquillante Akane. Reçu dans une Birchbox (je me suis abonnée récemment), j'ai tenté pour la première fois le démaquillage à l'huile (avant j'étais adepte de l'eau micellaire) et je dois dire que j'ai été séduite! Non seulement le démaquillage se fait plus facilement mais ensuite la peau est très douce et tiraille moins qu'avec l'eau micellaire.
  • Je nettoie ensuite avec soit une mousse nettoyante (j'utilise celle de Sanoflore) ou plus récemment avec du savon d'Alep. J'avais lu que ce dernier pouvait être un peu trop costaud pour les peaux sensibles mais ma peau a plutôt bien réagit alors j'ai continué à l'utiliser... Je pense quand même  que je vais m'en servir moins souvent maintenant que mes boutons sont presque tous partis.
  • Ah oui! J'allais oublier, j'ai acheté il n'y a pas longtemps une éponge konjac, je l'utilise avec le savon d'Alep pour le nettoyage et je profite pour exfolier ma peau. Il paraît qu'exfolier une peau acnéique ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, je n'ai donc commencé à l'utiliser que lorsque mes boutons étaient en voie de disparaître "just in case".

2. Le masque

  • J'adore les masques, mais je me suis aperçue que je n'en avais pas un spécifique contre l'acné. J'ai donc décidé de tester le masque d'Argile Vert de Cattier. Le lendemain du premier usage, mes boutons étaient beaucoup moins gonflés donc je me dis que ça a du faire son effet! Je l'utilise maintenant 2 fois par semaine.

3. L'hydratation

  • L'étape suivante, l'hydratation, commence avec une eau florale. Ça fait presque deux ans que j'utilise la Veritable Eau Florale de Lavande Bio de Sanoflore. Alors, je ne pourrais pas vous assurer à 100% que cette eau florale est efficace mais à une période je l'avais changée pour une autre et j'avais remarqué que ma peau avait plus tendance à briller. Du coup, je la garde dans ma routine.
  •  Je finis avec l'Huile Végétale de Noisette Bio d'Aroma-Zone. Au départ, j'avais pensé à utiliser l'huile de Nigella, mais une copine m'a dit qu'il y avait des huiles essentielles dedans alors j'ai préféré m'en passer (il paraît que c'est pas bien pour les femmes enceintes donc autant les éviter). L'huile de Noisette est spécifique pour les peaux mixtes à grasses. J'aime beaucoup cette huile qui ne graisse pas la peau mais qui l'hydrate ce qu'il faut et bon, il paraît que ça aide à éliminer les boutons et les points noirs... Après, avec tous les produits décrits auparavant, je ne sais pas vraiment si c'est celui-ci le responsable de la diminution de mes boutons. Je n'ai pas tenté de l'utiliser le matin car j'ai peur d'avoir la peau qui brille...

4. Le soin local

  • Et  un produit qu'on m'a recommandé plusieurs fois (et qui est adapté aux femmes enceintes) : le Keracnyl Stop Bouton de Ducray. Un soin local pour assécher et dégonfler les boutons en plein essor. Je trouve qu'il est assez efficace mais bon, il ne faut pas s'attendre à un miracle. Il faut quelques jours avant de s'en débarrasser complètement.

Le matin ma routine est beaucoup plus simple : du savon d'Alep pour nettoyer, toujours un pschitt d'eau florale de lavande et pour finir une crème de jour (mais je n'en ai trouvé aucune que je pourrais recommander dans cette situation).

Voili, voulou ! Je ne dirais pas que ces produits sont miraculeux mais en tout cas depuis que j'ai cette routine soin (2-3 semaines) mes boutons ont largement diminué et je n'ai pas eu de nouvelle poussée

Quand je me relis, je me rends compte que c'est peut être une routine un peu longue mais j'aime bien prendre soin de ma peau et ça me permet de me détendre et de prendre un peu de temps pour moi après une longue journée de boulot!

lundi 8 juin 2015

Angoisse... foutue angoisse...

Source : Carole Wilmet

Je vous 'ai déjà parlé de ma première grossesse. Du fait des circonstances, je n'ai pas tellement profité de cette grossesse qui pourtant s'est très bien passée...

Ma grossesse aujourd'hui est différente. Je pense que physiquement, elle se passe aussi bien que la première (comme je disais, je n'ai pas été malade du tout). Le problème est que du fait de vivre et de profiter de ma grossesse au jour le jour, je suis plus à l'affut du moindre soucis...

Je prends l'exemple du dépistage de la trisomie. Pour ma fille, je ne m'en étais jamais inquiétée, ça ne m'avait même pas traversé l'esprit qu'il pourrait y avoir un problème... Alors que pour ce bébé, des semaines avant, j'angoissais, j'imaginais le pire, je comptais les jours pour faire l'écho, pour faire la prise de sang et avoir les résultats. Même quand le médecin m'a donné le pourcentage de risque, qui pourtant était "dans les normes", je me suis dit "oui, c'est bien mais j'ai déjà lu qu'il y a mieux comme pourcentage"...

Au moindre mal de tête, de ventre ou autre, je suis déjà sur internet à chercher les possibles raisons. C'est marrant, beaucoup de femmes ont les mêmes angoisses. Des fois, les recherches s'avèrent rassurantes, d'autres fois, le stress reste...

Je suis déjà allée à la clinique plusieurs fois en dehors de contrôles mensuels parce que je sens qu'il y a quelque chose qui va pas ou parce que j'ai un symptôme étrange... En général, c'est juste pour m'entendre dire que tout va bien...

J'aimerais bien être un peu plus zen par rapport à tout ça... J'aimerais profiter de cette grossesse pleinement mais des fois mon cerveau n'arrive pas à se mettre en mode veille et il cogite et cogite sur tout ce qui peut aller mal...

Comment faire pour lutter contre ces angoisses? C'est une période tellement géniale et tout semble se passer plutôt bien, alors pourquoi je n'arrive pas à juste en profiter?

vendredi 5 juin 2015

19 semaines

Mon petit blog a été délaissé cette semaine car je n'étais pas très inspirée et surtout parce que j'ai eu un cadeau ultra chronophage pour la fête des mères : Les Sims 4 (#geekette)

J'ai quand même voulu faire mon petit bilan hebdomadaire pour ne pas perdre l'habitude!

Mon ventre est beaucoup plus gros en vrai, merci l'appareil photo pour le Photoshop gratos!

Le bon

  • Lundi soir, on a enfin senti le bébé pour la première fois, vraiment je veux dire. Quand je dis on, je parle de mon mari et moi. Je l'ai senti d'abord puis j'ai dit à mon chéri qui dormait à moitié "là, là il a bougé!" et du coup il a mis sa main dessus. Je ne croyais pas que ça allait se répéter mais si, un deuxième petit coup au même endroit! Mon chéri était très ému et moi aussi. On a eu un gros fou rire accompagné de quelques larmichettes! A croire que dans notre famille, le bonheur s'exprime avec des fous rires!
  • Nous avons rencontré une sage-femme pour l'entretien du 4ème mois. Elle est venue chez nous et nous a un peu expliqué les démarches à faire, les types de préparation pour l'accouchement, les modes de garde, comment ça se passe à l'hôpital pour l'accouchement et le suivi du bébé une fois qu'il sera là. C'était vraiment très intéressant et j'ai pu parler de mes doutes et mes angoisses. Elle m'a pas mal rassurée et m'a dit que je pouvais l'appeler si jamais j'ai encore des doutes ou des questions (elle aurait pas dû, je vais la harceler avec toutes mes questions!)
  • C'est vrai que je n'ai pas vraiment été fatiguée pendant le 1er trimestre (comme pour ma première grossesse), mais malgré tout, je ressens un regain d'énergie. J'ai envie de faire plein de choses en ce moment. Mon mari et ma fille sont limite saoulés par tout ce que je leur propose de faire ! Mais bon, le retour du beau temps aidant, j'ai de moins en moins envie de rester enfermée à la maison! 
  • Mon contrôle mensuel chez mon gynécologue : Il m'a félicité parce que je n'ai toujours pas pris trop de poids et surtout m'a dit que mon col est bien fermé et nous avons entendu les battements du cœur du bébé. C'est drôle comme un petit "boum-boum-boum" peut être rassurant!

Le moins bon

  • Petite grosse angoisse toute la semaine car j'ai eu des douleurs dans le ventre et quelques saignements (c'est un peu crade quand je parle de ça, non?)... J'ai culpabilisé parce que le week-end on a fait plein de choses et que je ne me suis pas trop posée... Lundi, j'ai préféré prendre ma journée pour me reposer mais malgré tout, j'ai toujours un peu mal dès que je marche un peu de trop . Mon contrôle mensuel avec mon gynéco qui m'a dit que tout va bien ainsi que la rencontre avec la sage femme m'ont rassurée un peu mais j'aimerais que les douleurs se calment !
  • Être très susceptible en ce moment (ceux qui me connaissent bien diront "en ce moment?"), mais je peux vous dire que c'est encore pire qu'en temps normal. Un rien me donne envie de pleurer ou de râler ou de crier... Foutues hormones!
Voili voulou pour les petites news de la semaine (dis donc, j'ai été bavarde!)

Un bon week-end à ceux qui me lisent! Pour ma part, une soirée filles, un festival de musique et une balade dans le bois sont au programme!  Ça devrait être sympa (mais promis, j'essaierai de ne pas trop en faire cette fois-ci!)